0 Item

Mon panier(0)

Il n'y a plus d'articles dans votre panier
Total TTC 0,00 €
Dont TVA 0,00 €
Quels statuts juridiques choisir pour un institut de beauté ?

Quels statuts juridiques choisir pour un institut de beauté ?

Julie BELLAICHE déc. 6, 2019 Ouvrir un Institut de Beauté : guide complet 0Commentaires

Quels statuts juridiques choisir pour un institut de beauté ? 

 

Si vous lisez cet article c’est certainement parce que vous avez enfin osé vous lancer. On vous en félicite ! Vous devez maintenant savoir qu’il est important, voir indispensable de bien connaître les différences entre chaque statut juridique. Cette étape est essentielle quant à la conception de votre institut de beauté

 

La première question à vous poser est la suivante : 

 

« Ai-je envie de m’associer ou de vivre l’aventure seul(e) ? »

 

Si la réponse est « oui je souhaite m’associer » alors vous devriez créer une société dite pluripersonnelle. L’objectif est de réunir plusieurs associés ou actionnaires. Il s’agira dans ce cas soit d’une société anonyme à responsabilité limitée (SARL) soit d’une société par actions simplifiées (SAS).

 

Dans une SARL, on distingue le gérant majoritaireet le gérant minoritaire

Le gérant majoritaire, celui qui possède plus de 50% du capital social, voit sa rémunération et ses dividendes soumis à un taux de cotisations sociales de près de 45%. 

Le gérant minoritaire, quant à lui, est considéré « assimilé salarié ». 

 

Dans une SAS, la personne nommée présidente est perçue comme assimilé salarié. Sa rémunération est soumise à environ 65% de cotisation. Ses dividendes, quant à elles, sont soumises aux prélèvements sociaux à un taux de 17,20% (en 2019). 

De plus, la SAS est la forme juridique privilégiée lorsqu’on envisage de faire une levée de fonds et donc d’ouvrir son capital à d’autres potentiels investisseurs.

 

Si votre objectif est surtout de vous rémunérer sous forme de salaire, il est donc plus pertinent de choisir la SARL.

 

Si vous opterez plutôt pour une rémunération sous forme de dividendes et/ou que vous envisagez d’ouvrir votre capital à d’autres investisseurs, il est plus pertinent d’opter pour une SAS.

 

 

Si la réponse à la question est « non je souhaite vivre l’aventure seul(e) » alors plusieurs options s’offrent à vous. 

 

Vous pouvez créer une société unipersonnelleoù il existe un seul gérant. On parle alors de société par actions simplifiées unipersonnelles (SASU) ou bien d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL).

 

Dans le cas de l’EURL, il s’agit de la forme unipersonnelle de la SARL. Le dirigeant est sous le statut de travailleur non salarié. Le taux de charges sociales est d’environ 45% sur votre rémunération avec un minimum de cotisation de 1 198€ par an. 

 

Dans le cas de la SASU, forme unipersonnelle de la SASU, le dirigeant est sous le régime général. Le taux de charges sociales est de 70% du salaire sans minimum de cotisation. 

 

Si ces statuts ne vous conviennent pas vous pouvez également vous tourner vers celui d’auto-entrepreneurcommunément appelé « micro-entrepreneur ».

 

Ce statut est plus simple que les deux autres. D’une part, les formalités pour obtenir ce titre sont bien moins complexes. D’autre part, le montant des cotisations et contributions sociales est calculé selon le chiffre d’affaires déclaré. Si celui-ci est nul alors vous n’aurez pas à payer de cotisation sociale. 

 

Néanmoins, un plafond du chiffre d’affaires annuel est fixé à 70 000€ pour les micro-entrepreneurs. Lorsque votre institut de beauté excèdera ce montant, vous ne pourrez plus bénéficier du statut de micro-entrepreneur.

 

Vous l’aurez compris choisir son statut juridique lorsqu’on ouvre un institut de beautén’est pas aussi simple. Il est nécessaire de réfléchir aux avantages et inconvénients de chaque forme juridique. Faire appel à un expert-comptablepeut aussi vous être utile dans votre choix final. 

Laisser un commentaire

*
**Informations non publiées
*Site url with http://
*

Rechercher dans Fiches Pratiques